accueil realisation facades realisations trompe oeil realisation murs realisations pont estacade realisations transport realisations interieur

Sommaire Pont de l'estacade

Liste des réalisations

Voir les vues
MARCHE DE L'ESTACADE - ambiances

Habillage d'un ouvrage d'art ferroviaire de 600 mètres en plein centre ville de Grenoble abritant le marché. De multiples scènes de la vie locale sur environ 3000 m², soit deux rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons ont été signées du nom d'artistes venus d'horizons différents.

2006/2010, 26 photos.

Afficher/Masquer Plus de détails

Oeuvre collective:

Habillage de l'Estacade à l'initiative de l'atelier Ambiance Murale. Une équipes de peintres locaux et internationaux a proposé un décor monumental à l'échelle du pont.

Ce projet a été soutenu par RFF et la SNCF, la ville de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère: deux marchés importants se déroulent dans le quartier Berriat, celui cosmopolite de la place Saint Bruno et celui alimentaire installé sous le pont de chemin de fer traversant la ville vers Montmélian et la ligne des Alpes. Présent du mardi au dimanche, la popularité du "Marché de l'Estacade" dans l'agglomération grenobloise n'est plus à démontrer.

Le pont marque sur plus de 600 mètres un trait d'union entre les quartiers Berriat/Gares, Chorier/Condorcet et l'Aigle. De nombreuses culées représentent des portes entre ces quartiers. On dénombre immeubles et commerces dans les rues adjacentes, bars, discothèques, restaurants, écoles... c'est aussi un axe lourd de transports urbains. Cet ensemble a nécessité de la part des peintres une réflexion quant à l'intégration dans son environnement et à une nouvelle affectation inédite : SUPPORT ARTISTIQUE.

Dans ce projet, un jeu de tableaux emprunts d'ambiances locales, de marché et de chemins de fer soutient le coté populaire et chaleureux du lieu. Ils sont imaginés selon l'activité maraîchère et selon un vocabulaire ferroviaire précis. La trame colorée du pont se décline sur sa totalité dans des panels de bleu et de vert coté gare, de jaunes et d'ocres au centre puis de rouge vers l'Aigle.

Le style Art Nouveau rythme les piliers et les culées, en référence par exemple aux affiches de l'Âge d'Or des chemins de fer. Effectivement, les motifs habituellement représentés sont les plantes, les fruits et légumes, les insectes... faisant prendre conscience de l'esthétique dans la Nature. L'aspect lourd et répétitif des trente trois travées est annulé, une certaine intimité se dégage de ce support mural en volume. Ainsi se tisse un lien fort entre campagne, monde ferroviaire, marchés et déplacements.

Cette âme peinte illumine le pont et camoufle son rôle en dehors du marché, un parking... Environ 3000 m², soit deux rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons et la trémie du tramway ont été signés du nom des artistes venus d'horizons différents.

D'un coté le pont enjambe la rue Nicolas Chorier vers le marché central... de l'autre, un tableau représentant un illustre autorail en gare de Clelles, accompagne le passant vers celle de Grenoble, le long de la rampe.

Fiche technique:

Réalisation : oeuvre collective, 2007/2011.

Dimensions :

Localisation: Grenoble

 

Voir les vues
MARCHE DE L'AIGLE - Mikado 141P 15

Mikado 141P 15 au PN de l'Aigle, vers 1947... vue du cours Jean Jaurès à l'époque du passage à niveau.  

2008, 8 photos.

Afficher/Masquer Plus de détails

Oeuvre collective:

Nous sommes devant une représentation détaillée de l'ambiance ferroviaire de la fin des années 40, aux passages à niveau du quartier de l'Aigle. Une Mikado de type 141P immatriculée au dépôt de Grenoble assure un de ses derniers trains en provenance de Chambéry. Elle est vue ici au passage à niveau du cours Jean Jaurès vers 1947.

 Sur l'autre face de la culée, un large panorama de la bifurcation des lignes de Montmélian et Veynes présente à la même période une équipe de poseurs de voies au travail. De nombreux documents fournis par les Editions "Presses et Editions Ferroviaires", l'association "Standard 216", ainsi que par le témoignage précis de riverains et de retraités cheminots ont pu aider à la construction historique de cette peinture.


Fiche technique:

Réalisation : Nessé; 2009.

Dimensions : linéaire de 30 m X 4,50 m. 

Localisation: rue Camille Desmoulins, 38000 Grenoble / bus ligne 1, arrêt "l'Aigle". Vue satellite.

Projet :

Habillage de l'Estacade à l'initiative de l'atelier Ambiance Murale. Une équipes de peintres locaux et internationaux a proposé un décor monumental à l'échelle du pont.

Ce projet a été soutenu par RFF et la SNCF, la ville de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère: deux marchés importants se déroulent dans le quartier Berriat, celui cosmopolite de la place Saint Bruno et celui alimentaire installé sous le pont de chemin de fer traversant la ville vers Montmélian et la ligne des Alpes. Présent du mardi au dimanche, la popularité du "Marché de l'Estacade" dans l'agglomération grenobloise n'est plus à démontrer.

Le pont marque sur plus de 600 mètres un trait d'union entre les quartiers Berriat/Gares, Chorier/Condorcet et l'Aigle. De nombreuses culées représentent des portes entre ces quartiers. On dénombre immeubles et commerces dans les rues adjacentes, bars, discothèques, restaurants, écoles... c'est aussi un axe lourd de transports urbains. Cet ensemble a nécessité de la part des peintres une réflexion quant à l'intégration dans son environnement et à une nouvelle affectation inédite : SUPPORT ARTISTIQUE.

Dans ce projet, un jeu de tableaux emprunts d'ambiances locales, de marché et de chemins de fer soutient le coté populaire et chaleureux du lieu. Ils sont imaginés selon l'activité maraîchère et selon un vocabulaire ferroviaire précis. La trame colorée du pont se décline sur sa totalité dans des panels de bleu et de vert coté gare, de jaunes et d'ocres au centre puis de rouge vers l'Aigle.

Le style Art Nouveau rythme les piliers et les culées, en référence par exemple aux affiches de l'Âge d'Or des chemins de fer. Effectivement, les motifs habituellement représentés sont les plantes, les fruits et légumes, les insectes... faisant prendre conscience de l'esthétique dans la Nature. L'aspect lourd et répétitif des trente trois travées est annulé, une certaine intimité se dégage de ce support mural en volume. Ainsi se tisse un lien fort entre campagne, monde ferroviaire, marchés et déplacements.

Cette âme peinte illumine le pont et camoufle son rôle en dehors du marché, un parking... Trois rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons et la trémis du tramway ont été signés du noms des artistes venus d'horizons différents.

 

 

Voir les vues
MARCHE DE L'AIGLE - poseurs de voies

Equipe VB "Voies et Bâtiments" de la SNCF en intervention à la "bifurcation", quartier de l'Aigle... Le panorama urbain décrit est aujourd'hui bien différent...  

2009, 11 photos.

Afficher/Masquer Plus de détails

Oeuvre collective:

Nous sommes devant une représentation détaillée de l'ambiance ferroviaire de la fin des années 40, aux passages à niveau du quartier de l'Aigle. Une Mikado de type 141P immatriculée au dépôt de Grenoble assure un de ses derniers trains en provenance de Chambéry. Elle est vue ici au passage à niveau du cours Jean Jaurès vers 1947.

Sur l'autre face de la culée, un large panorama de la bifurcation des lignes de Montmélian et Veynes présente à la même période une équipe de poseurs de voies au travail. De nombreux documents fournis par les Editions "Presses et Editions Ferroviaires", l'association "Standard 216", ainsi que par le témoignage précis de riverains et de retraités cheminots ont pu aider à la construction historique de cette peinture.


Fiche technique:

Réalisation : Nessé; 2009.

Dimensions : linéaire de 30 m X 4,50 m.

Localisation: rue Camille Desmoulins, 38000 Grenoble / bus ligne 1, arrêt "l'Aigle". Vue satellite.

Projet :

Habillage de l'Estacade à l'initiative de l'atelier Ambiance Murale. Une équipes de peintres locaux et internationaux a proposé un décor monumental à l'échelle du pont.

Ce projet a été soutenu par RFF et la SNCF, la ville de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère: deux marchés importants se déroulent dans le quartier Berriat, celui cosmopolite de la place Saint Bruno et celui alimentaire installé sous le pont de chemin de fer traversant la ville vers Montmélian et la ligne des Alpes. Présent du mardi au dimanche, la popularité du "Marché de l'Estacade" dans l'agglomération grenobloise n'est plus à démontrer.

Le pont marque sur plus de 600 mètres un trait d'union entre les quartiers Berriat/Gares, Chorier/Condorcet et l'Aigle. De nombreuses culées représentent des portes entre ces quartiers. On dénombre immeubles et commerces dans les rues adjacentes, bars, discothèques, restaurants, écoles... c'est aussi un axe lourd de transports urbains. Cet ensemble a nécessité de la part des peintres une réflexion quant à l'intégration dans son environnement et à une nouvelle affectation inédite : SUPPORT ARTISTIQUE.

Dans ce projet, un jeu de tableaux emprunts d'ambiances locales, de marché et de chemins de fer soutient le coté populaire et chaleureux du lieu. Ils sont imaginés selon l'activité maraîchère et selon un vocabulaire ferroviaire précis. La trame colorée du pont se décline sur sa totalité dans des panels de bleu et de vert coté gare, de jaunes et d'ocres au centre puis de rouge vers l'Aigle.

Le style Art Nouveau rythme les piliers et les culées, en référence par exemple aux affiches de l'Âge d'Or des chemins de fer. Effectivement, les motifs habituellement représentés sont les plantes, les fruits et légumes, les insectes... faisant prendre conscience de l'esthétique dans la Nature. L'aspect lourd et répétitif des trente trois travées est annulé, une certaine intimité se dégage de ce support mural en volume. Ainsi se tisse un lien fort entre campagne, monde ferroviaire, marchés et déplacements.

Cette âme peinte illumine le pont et camoufle son rôle en dehors du marché, un parking... Trois rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons et la trémis du tramway ont été signés du noms des artistes venus d'horizons différents.

 

 

Voir les vues
MARCHE CENTRAL cours Jean Jaurès

Culée du cours Jean Jaurès, première phase de réalisation avec cet hommage aux maraîchers par Grouper de Séville et Nessé>>>  

2010, 6 photos.

 

Voir les vues
PILIERS

Aperçu des 60 piliers personnalisés du marché central, travail collectif...

2010, 60 photos.

 

Voir les vues
COURS BERRIAT

Passages piétons du cours Berriat sous les voies ferrée. Jadis dénommé "la Passerelle", ou "la Barrière" en rapport avec les franchissements du chemin de fer, ces passages sont des frontières virtuelles entre le centre ville et le quartier Saint Bruno.

2012 / 2014, 10 photos.

 

Voir les vues
PILIERS MARCHE CENTRAL

Perspective des quinze travées du marché central.

2012, 30 photos.

 

Voir les vues
MARCHE CENTRAL

Détails des quatres faces de la culée, rue Nicolas Chorier.

2007, 10 photos.

Afficher/Masquer Plus de détails

Oeuvre collective:

Le Marché Central se déroule sous le pont, les piliers sont agrémentés par un effet de structure métallique façon Art Nouveau et sont personnalisés. Les culées représentent des instantanés de la vie du marché.

Fiche technique:

Réalisation : Besok (Amsterdam), Etien', Jean Linnhoff (Colmar), Nessé, Srek... ; 2007.

Dimensions : emprise du marché sur environ 200 mètres.

Localisation: rue Joseph Rey et avenue de Vizille, 38000 Grenoble / bus ligne 32, arrêt "Chorier-Condorcet"; ligne 1, arrêt "l'Aigle". Vue satellite.

Projet :

Habillage de l'Estacade à l'initiative de l'atelier Ambiance Murale. Une équipes de peintres locaux et internationaux a proposé un décor monumental à l'échelle du pont.

Ce projet a été soutenu par RFF et la SNCF, la ville de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère: deux marchés importants se déroulent dans le quartier Berriat, celui cosmopolite de la place Saint Bruno et celui alimentaire installé sous le pont de chemin de fer traversant la ville vers Montmélian et la ligne des Alpes. Présent du mardi au dimanche, la popularité du "Marché de l'Estacade" dans l'agglomération grenobloise n'est plus à démontrer.

Le pont marque sur plus de 600 mètres un trait d'union entre les quartiers Berriat/Gares, Chorier/Condorcet et l'Aigle. De nombreuses culées représentent des portes entre ces quartiers. On dénombre immeubles et commerces dans les rues adjacentes, bars, discothèques, restaurants, écoles... c'est aussi un axe lourd de transports urbains. Cet ensemble a nécessité de la part des peintres une réflexion quant à l'intégration dans son environnement et à une nouvelle affectation inédite : SUPPORT ARTISTIQUE.

Dans ce projet, un jeu de tableaux emprunts d'ambiances locales, de marché et de chemins de fer soutient le coté populaire et chaleureux du lieu. Ils sont imaginés selon l'activité maraîchère et selon un vocabulaire ferroviaire précis. La trame colorée du pont se décline sur sa totalité dans des panels de bleu et de vert coté gare, de jaunes et d'ocres au centre puis de rouge vers l'Aigle.

Le style Art Nouveau rythme les piliers et les culées, en référence par exemple aux affiches de l'Âge d'Or des chemins de fer. Effectivement, les motifs habituellement représentés sont les plantes, les fruits et légumes, les insectes... faisant prendre conscience de l'esthétique dans la Nature. L'aspect lourd et répétitif des trente trois travées est annulé, une certaine intimité se dégage de ce support mural en volume. Ainsi se tisse un lien fort entre campagne, monde ferroviaire, marchés et déplacements.

Cette âme peinte illumine le pont et camoufle son rôle en dehors du marché, un parking... Trois rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons et la trémis du tramway ont été signés du noms des artistes venus d'horizons différents.

 

 

Voir les vues
MARCHE DES PRODUCTEURS

Partie des producteurs locaux et rampe du pont remontant vers la gare. 

2006, 12 photos.

Afficher/Masquer Plus de détails

Oeuvre collective:

D'un coté le pont enjambe la rue Nicolas Chorier vers le marché central... de l'autre, un tableau représentant un illustre autorail en gare de Clelles, accompagne le passant vers celle de Grenoble, le long de la rampe.

Fiche technique:

Réalisation : Etien', Nessé, Sens; 2007.

Dimensions : emprise du marché sur environ 100 mètres.

Localisation: carrefour des rues Nicolas Chorier et Joseph Rey, 38000 Grenoble / bus ligne 32, arrêt "Chorier-Condorcet". Vue satellite.

Projet :

Habillage de l'Estacade à l'initiative de l'atelier Ambiance Murale. Une équipes de peintres locaux et internationaux a proposé un décor monumental à l'échelle du pont.

Ce projet a été soutenu par RFF et la SNCF, la ville de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère: deux marchés importants se déroulent dans le quartier Berriat, celui cosmopolite de la place Saint Bruno et celui alimentaire installé sous le pont de chemin de fer traversant la ville vers Montmélian et la ligne des Alpes. Présent du mardi au dimanche, la popularité du "Marché de l'Estacade" dans l'agglomération grenobloise n'est plus à démontrer.

Le pont marque sur plus de 600 mètres un trait d'union entre les quartiers Berriat/Gares, Chorier/Condorcet et l'Aigle. De nombreuses culées représentent des portes entre ces quartiers. On dénombre immeubles et commerces dans les rues adjacentes, bars, discothèques, restaurants, écoles... c'est aussi un axe lourd de transports urbains. Cet ensemble a nécessité de la part des peintres une réflexion quant à l'intégration dans son environnement et à une nouvelle affectation inédite : SUPPORT ARTISTIQUE.

Dans ce projet, un jeu de tableaux emprunts d'ambiances locales, de marché et de chemins de fer soutient le coté populaire et chaleureux du lieu. Ils sont imaginés selon l'activité maraîchère et selon un vocabulaire ferroviaire précis. La trame colorée du pont se décline sur sa totalité dans des panels de bleu et de vert coté gare, de jaunes et d'ocres au centre puis de rouge vers l'Aigle.

Le style Art Nouveau rythme les piliers et les culées, en référence par exemple aux affiches de l'Âge d'Or des chemins de fer. Effectivement, les motifs habituellement représentés sont les plantes, les fruits et légumes, les insectes... faisant prendre conscience de l'esthétique dans la Nature. L'aspect lourd et répétitif des trente trois travées est annulé, une certaine intimité se dégage de ce support mural en volume. Ainsi se tisse un lien fort entre campagne, monde ferroviaire, marchés et déplacements.

Cette âme peinte illumine le pont et camoufle son rôle en dehors du marché, un parking... Trois rampes, quatre culées, trente trois travées de soixante six piliers, trois passages piétons et la trémis du tramway ont été signés du noms des artistes venus d'horizons différents.